Panier

La prévention des blessures repose énormément sur le bon fonctionnement du couple agoniste / antagoniste. Il s’agit ici d’un rôle important qui doit retenir toute l’attention de l’entraîneur et du préparateur physique. La balance musculaire est une notion incontournable dans la prévention des blessures.

L’une des principales causes de ce déséquilibre de force musculaire est la pratique sportive elle-même. En effet, cette dernière implique la répétition de mouvements ayant pour conséquence le renforcement des muscles effecteurs (agonistes).

Les muscles antagonistes peu sollicités ne pourront donc pas évoluer sur le plan de la force au même rythme que l’agoniste sans un travail spécifique de renforcement.

La blessure antérieure toujours en ligne de mire

Même minime, l'antériorité de blessure joue un rôle

Certaines études ne soutiennent pas l’hypothèse précédente. Elles partent alors plutôt de l’hypothèse qu’une balance musculaire déséquilibrée est induite par une lésion antérieure ou déjà présente au niveau de l’appareil locomoteur.

Ce déséquilibre serait alors la cause de blessures au niveau de l’antagoniste lui-même.

Bien souvent, une simple mise en place systématique d’un travail des ischio-jambiers lors de l’entraînement peut-il ainsi réduire de manière significative les douleurs et les problèmes au niveau de l’articulation du genou.

Antagonisme et vitesse

L'antagoniste est un élément clé de la performance toujours très exposé dans les APS

L’antagoniste joue aussi un rôle déterminant dans tout geste sportif faisant appel à la vitesse (Jaric et coll, 1997). Si sa mise en tension n’avait pas lieu lors du geste à pleine vitesse, les dégâts sur l’articulation seraient importants et inévitables.

Par exemple au Football, les principaux muscles mis en jeu pour la jambe qui va frapper le ballon sont le psoas et les quadriceps. Les muscles antagonistes tels que les ischio-jambiers vont donner à l’articulation du genou une stabilité au moment du contact avec la balle. Cette dernière lui évitera ainsi de subir les contraintes mécaniques imposées par la réaction du ballon. Dans une autre mesure, ils permettront aussi d’éviter l’hyper extension du genou à la fin du mouvement et protégeront ainsi le ménisque et les ligaments croisés.

Le déséquilibre musculaire au cœur de la prévention des blessures

Le ration agoniste/antagoniste : une évidence pour le préparateur physique

Toutes les études scientifiques ne sont pas en accord avec cette hypothèse. Il semble néanmoins impossible de faire l’impasse sur le rôle du déséquilibre de force musculaire entre les muscles agonistes et antagonistes. Ce dernier peut en effet être la cause de lésions de l’appareil locomoteur, voire être à l’origine d’accidents ou de pathologies musculo-tendineuses et articulaires.

Il paraît en effet difficile de penser qu’un déséquilibre de force entre le quadriceps et l’ischio- jambier soit sans conséquences sur la stabilité ou la mécanique d’une articulation telle que le genou.

Un exemple de prévention des blessures local

Le couple agoniste-antagoniste du genou

Même si la structure ligamentaire assure une grande partie de la stabilité de cette articulation, le genou subit des tensions importantes durant l’activité. Il ne peut alors la supporter qu’avec l’aide des muscles l’entourant.

Ces muscles ont donc un rôle déterminant dans la stabilité de ce dernier. Mais leur rôle s’applique surtout dans le bon équilibre des tensions appliquées sur celui-ci. Si on prend le cas de l’épaule, cette idée est encore plus vraie. En effet, la majeure partie de sa stabilité est due à la présence de muscles forts qui entourent toute l’articulation.

Les causes du déséquilibre dans le dispositif agoniste-antagoniste

La spécialisation au cœur des débats

Pour plus d’éléments sur la prévention lisez notre ouvrage de référence

Pour en savoir plus

34,99Ajouter au panier