La douleur n’est pas seulement inconfortable. Elle perturbe la motricité, limite la mobilité, engendrant un cercle vicieux d’inefficience motrice qui génère de nouvelles perturbations posturales et de nouvelles douleurs chroniques.

Nous présentons souvent ce « cercle vicieux » comme un miroir : la douleur renvoie au désordre moteur et postural qui produit à son tour de la douleur voir le Mirroir du Désordre Moteur dans l’Art Du Mouvement ici

Considérons deux états

Celui de douleur d'une part, et celui de non-douleur d'autre part.

L'état de douleur
La douleur limite les options d’ajustement et de contrôle du Système Nerveux Central (SNC).

Les muscles profonds, posturaux sont dépassés, suppléés par les plus puissants muscles moteurs.

Ces derniers sont, dès lors, moins bien coordonnés, s’appuyant sur des co-contractions de plus en plus permanentes, sclérosant le mouvement, gelant la liberté articulaire, et créant des zones de tensions permanentes au sein du muscle.

L'état de non douleur
Le cerveau et le système nerveux central sont capables d’apprendre ou de contrôler un mouvement fonctionnel, l’équilibre et le gainage, dans des tâches simples et complexes.

La résultante la plus regrettable et la plus durable est la baisse d’activité des muscles profonds et posturaux. La perturbation du mouvement et de la posture est ainsi une conséquence des différentes restrictions, elles mêmes alimentées par l'état de douleur.

Souvenez-vous que les muscles moteurs sont peu affectés par la douleur dans leurs performances maximales tant que cette dernière est supportable. La mise en charge peut ainsi cacher la forêt des déséquilibres et faiblesses des muscles posturaux et profonds liés à la douleur chronique ne peuvent être efficacement détectés qu’au cours de mouvements sans charge.

Luttez efficacement contre la douleur et les restrictions sur notre site.

Notre pack L’Art du Mouvement !

186,50 169,00Ajouter au panier